Sport
Ben Carpentier. Hawaï n’a plus qu’à trembler

Ben Carpentier. Hawaï n'a plus qu'à trembler
Et si c'était lui l'avenir mondial du stand-up paddle? Au Sunset beach pro d'Hawaï, Ben Carpentier s'est fait un nom dans cette discipline dérivée du surf. D'abord en s'imposant chez les juniors. Puis en enchaînant sur le circuit pro pour ne s'arrêter qu'en quart de finale. Ah oui, le Brestois a 16ans.

Il y a du Gilles Tanguy dans l’histoire de Ben Carpentier. Souvenez-vous: mi-février, le Brestois décrochait la coupe de planche à voile du Vietnam devant des pros. À la base, Gilles Tanguy était juste venu pour des vacances.

Au même moment, Ben Carpentier a fait aussi bien, aussi inattendu. On ne parle plus planche à voile mais stand-up paddle, un dérivé du surf où la glisse se fait sur une planche plus grande et surtout aidée d’une pagaie. On n’est plus non plus au Vietnam mais à Hawaï, La Mecque de la discipline où se déroulait le Sunset beach pro, une étape du circuit mondial.

 

Se situer chez les juniors

Contrairement à Gilles Tanguy, Ben Carpentier ne s’y est pas inscrit en touriste. Au pôle espoir surf de La Torche depuis deux ans, le Brestois de 16 ans est un crack dans tout ce qui touche aux sports de glisse. Vice-champion de Bretagne en surf, le stand-up paddle reste sa discipline de prédilection. «L’an dernier, j’avais déjà remporté une étape du circuit junior à La Torche», précise-t-il.

Oui, mais cette fois-ci, au Sunset beach pro, il y avait tout le gratin du stand-up paddle : les Hawaïens, les Californiens, les Brésiliens… Pas de quoi complexer le Breton, même pour sa première compétition à l’étranger. «C’était l’occasion de me situer au niveau mondial chez les juniors, raconte Ben Carpentier. J’y allais pour gagner». Bingo ! Sur des vagues de 4,50m, «contre 2m maximum en Bretagne», le Brestois tire son épingle du jeu et remporte la compétition. Le voilà rassuré.

 

«Rien à perdre»

Mais quitte à avoir avalé 11.000km, autant faire du rab. Le surfeur brestois enchaîne sur les trials. La compétition réunit 40 surfeurs, juniors comme adultes, avec à la clé, huit billets pour jouer dans la cour des grands: «Le Main event, précise Ben Carpentier. Le tournoi de l’étape hawaïenne qui réunit tous les pros. C’était du bonus pour moi. J’allais dans l’eau sans aucune pression, avec le sourire».

Au stand-up paddle, la décontraction paie. «Il faut savoir se montrer patient, poursuit Ben Carpentier. Par série, on a 25 minutes et huit vagues maximum pour montrer ce qu’on sait faire. Le tout est de choisir les bonnes, effectuer les manoeuvres au bon moment. Ma force était là. J’arrivais à être régulier, série après série». Le Brestois termine huitième des trials. Direction le Main event !

 

À  deux pas des demies

Ben Carpentier aurait pu s’arrêter là, sa prestation était déjà de taille, surtout pour un minot de 16 ans. Mais il garde le cap initial du «rien à perdre» et, parmi les pros, parvient à se hisser en quart de finale. «J’étais même aux portes des demi-finales, raconte le Brestois. J’ai commencé les quarts en prenant deux très belles vagues. J’étais en tête tout au long du premier quart d’heure et qualifié pour la suite jusqu’à ce que Kai Lenny, double champion du monde, me passe devant à deux minutes de la fin». Rageant.

 

La Torche en attendant le Brésil et la Californie

Au final, Ben Carpentier termine 9e de la compétition, deuxième Français derrière Peyo Lizarazu, le frère du footballeur Bixente. De quoi en faire une étoile montante de la discipline. La Waterman League, en charge de compétitions de glisse à travers le monde, en parle déjà comme un «jeune athlète impressionnant (…) sur qui on attend beaucoup dans les années à venir».

De retour à Brest, Ben Carpentier garde les pieds sur terre. «Ce n’est qu’une étape, je ne sais même pas encore si je pourrais m’aligner sur les autres épreuves du circuit pro». Pour celle de La Torche, du 28 avril au 4 mai, pas de souci. Pour celles du Brésil et de la Californie, plus tard dans l’année, il faudra d’abord réunir le budget. Les internautes peuvent l’y aider, en soutenant son projet via la plateforme de crowdfunding Octopousse. Ça serait bête de s’arrêter en si bon chemin.

 

> Pour plus d’informations sur Ben Carpentier et le suivre compétition après compétition, ça se passe sur son site.


Commentaires

  • http://www.septjoursabrest.fr/2012/10/23/surf-le-minou-surf-club-en-force-aux-championnats-de-france/ Surf. Le Minou surf club en force aux championnats de France – Sept jours à Brest

    [...] mettra en jeu son titre de champion de France acquis l’an dernier. En longboard espoir, Ben Carpentier voudra sûrement prendre sa revanche sur l’an dernier, où il avait fini vice-champion de [...]

En direct de Brest