Critique. Santa & cie

Critique. Santa & cie

Une dose d’humour absurde, saupoudrée de magie, un Père Noël qui n’y va pas avec le dos de la cuillère, des lutins par milliers, une jolie famille, un duo de flics improbable… La recette d’une excellente comédie de Noël. Et ça fait du bien !

Une éternité que le cinéma, notamment français, n’avait pas pondu un conte de Noël. Il était temps ! Aux commandes, Alain Chabat. Et on peut compter sur son légendaire humour satirique, noir, qui ne fait pas dans la dentelle.

Ce Père Noël est vêtu de vert puisqu’il est daltonien, paresseux, immature, capricieux et vit dans son monde, sa bulle. Alors quand les choses se compliquent et qu’il doit se battre pour sauver Nöel, ce n’est pas une mince affaire. Le problème ? Les 92.000 lutins qui fabriquent les cadeaux tombent malades à quelques jours de Noël. Santa Claus descend alors sur terre pour trouver une solution.

La fantaisie absurde

Pour cette aventure « noëlesque », Alain Chabat a enrôlé les humoristes du Palmashow, Grégoire Ludig et David Marsais. Et le combo marche parfaitement, puisque l’humour absurde y est détonnant.

La féerie marche aussi à merveille. Le décor planté, celui du Pôle Nord et ses lutins, fait penser à l’univers de Willy Wonka de Tim Burton, réalisateur de Charlie et la Chocolaterie. Le graphisme, les effets spéciaux : la magie opère sans fausse note. Le rôle de la mère Noël est dépoussiéré par Audrey Tautou, grivoise, douce et fantasque. Elle le mène par le bout de la barbe son Santa ! Jolie surprise, l’apparition furtive de Jean-Pierre Bacri, parfait dans ce second rôle. Le film est un savoureux mélange entre le fantastique et le quotidien. Chabat aime le cinéma américain et ça se sent à plein nez.

Optimisme et magie

Si l’histoire et sa chute ne sont pas inattendues, il n’en est pas moins que le charme fonctionne. Le film nous pousse à réfléchir sur les choses pour lesquelles on se bat réellement, ce qui a du sens, de la valeur. Il suffit d’y croire et de persévérer. Puisque rien n’est impossible ! Un joli message positif : du merveilleux, de la couleur et de l’humour pour redonner du baume au cœur et reprendre contact avec notre enfant intérieur.

Note : 3/4
Photo : Nicolas Guiraud – 2017 LEGENDAIRE / GAUMONT

Liberté, mer, sam, dim 11 h, 13 h 40, 15 h 50, 18 h, 20 h 10, 22 h 20 ; jeu, ven, lun, mar 13 h 40, 15 h 50, 18 h, 20 h 10, 22 h 20.
Celtic, mer, jeu, ven, sam, lun, mar 14 h, 16 h 15, 18 h 30, 20 h 50 ; dim 11 h, 14 h, 16 h 15, 18 h 30, 20 h 50. LŽImage, mer, mar 20 h 45 ; sam 14 h 15, 20 h 45 ; dim 17 h 15 ; lun 14 h 15.