Cie moral soul. Des robots et des sentiments

Cie Moral Soul. des Robots et des sentiments

La compagnie Moral Soul planche sur les nouvelles technologies pour l’une de ses prochaines créations.

Le projet F (H) ommes, c’est le dernier volet d’une trilogie menée par la compagnie Moral Soul, que dirige Herwann Asseh. Le chorégraphe compte questionner encore une fois les relations hommes-femmes, à travers le prisme des nouvelles technologies.

Des ateliers numériques

Le travail de recherche et de création a débuté l’année dernière et devrait se concrétiser fin 2018 par un spectacle. La semaine dernière, plusieurs ateliers (le projet Dans-e numérique) se sont tenus à l’Open Factory de l’UBO avec des personnes suivant le dispositif d’insertion sociale et professionnelle de l’EIPF – association Don Bosco. Ils ont pu observer différents outils qui s’intègrent dans le travail de la compagnie et qui auront une place clef dans la future création : Nao, le robot et la lampe Adel (photo), la lampe animée inventée par l’ingénieur Vincent Meserette. L’idée de ces ateliers est de faire partager la création artistique, se nourrir des réactions et créer une palette de mouvements dansés.

Le couple à l’épreuve de la technologie

« Depuis tout petit, je suis fasciné par les robots. J’ai toujours rêvé de les intégrer à une chorégraphie, commente Herwann Asseh. Dans F (H) hommes, je souhaite questionner l’impact des nouvelles technologies sur le couple, qui n’existera plus de la même manière ».

Prochaine étape, une résidence du 13 au 24 novembre à la Fabrique des arts en mouvement au Relecq-Kerhuon avec une répétition publique, le 23 novembre à 19 h.