Conduite. Vos habitudes au volant à la loupe

conduite. vos Habitudes au volant à la loupe

On s’est penché sur votre attitude au volant en ville. Alors les Brestois, êtes-vous de très mauvais conducteurs, plutôt bons ou tout simplement dans la norme ?

Alcool, drogue, bagnole, l’équation qui tend à disparaîtreLoin des idées reçues, les Brestois ne sont plutôt pas trop mauvais dans ce domaine. En un an, entre juillet 2016 et 2017, 144 personnes ont été contrôlées, à Brest, avec un taux d’alcool dans le sang supérieur à la norme légale. Un chiffre en baisse de 1,6 % par rapport à l’année précédente et qui illustre un changement clair dans les habitudes, opéré ces dix dernières années. Vingt-cinq personnes ont été contrôlées sous l’emprise de stupéfiant depuis le début de l’année (chiffres police). « Brest se situe dans la norme nationale, elle est même plutôt bonne élève, commente Daniel Kerdraon, commandant divisionnaire fonctionnel. Sur ces questions, on est plutôt content du comportement des jeunes notamment ». Et c’est la police qui le dit !

…En ville, en tout cas. Des chiffres qui méritent une nuance, ils concernent le Brest intra muros, où les contrôles sont fréquents et les moyens pour rentrer chez soi après une soirée, ou même quelques verres plus accessibles (bus, tram, taxi, navettes d’Astropolis,etc). Moins facile de passer entre les mailles du filet, donc, qu’en pleine campagne.

Refus de priorité, l’ombre au tableau. A ce niveau-là ça coince sérieusement. En moyenne, environ 70 refus de priorité (feux, stop…) sont recensés chaque mois par la police. « Ces infractions sont souvent constatées sur les trajets domicile-travail », lorsque l’on pense être en confiance. Si dans la plupart des cas, les Brestois s’en tirent avec de la tôle froissée, les piétons peuvent aussi en être victimes, « et particulièrement les personnes âgées, les plus vulnérables ». D’où la présence de policiers le matin ou en fin de journée sur les sorties de ville notamment. « On n’est pas là pour faire de la répression dans ces moments-là, plutôt rappeler aux gens d’être attentifs ».

Excès de vitesse, du mieux. Quantitativement, ce sont les infractions les plus constatées, 1.800 depuis le début de l’année, mais il s’agit majoritairement de « petits excès de vitesse ». Du fait des aménagements, des contrôles, les Brestois jouent moins sur l’accélérateur. Des zones restent tout de même régulièrement contrôlées par la police comme le boulevard de l’Europe ou le boulevard Tanguy-Prigent.

Alerte parents trop stressés. « Si les parents pouvaient garer leur voiture dans la cour de l’école et déposer directement leurs enfants, ils le feraient ». Le tableau n’est pas rose aux abords des écoles : énervement général, concentration trop forte, le cocktail qui détonne. Parmi les pistes de travail étudiées par la Ville, conjointement à la police, des stationnements plus loin des écoles pour décongestionner, avec des parcours sécurisés jusqu’aux établissements.