Clara Vénus. « Le mal, un EP plus dense et plus finalisé »

Clara vénus. « Le Mal, un EP plus dense et plus finalisé »

Avec la sortie de son EP Le Mal, le groupe punk-rock Clara Vénus confirme son souhait d’aller encore plus loin dans l’aventure musicale. Prochaine étape ? Plein de dates de concerts et un second album en préparation.

Pour Eric, membre fondateur, Clara Vénus, « c’est un vieux jeune groupe ». À la base, quatre mecs, la vingtaine, qui tournent un peu dans le nord-Finistère entre 1996 et 1998 et distillent leur rock empreint de poésie. Le nom de leur groupe est d’ailleurs une référence au poème Venus Anadyomène de Rimbaud. Vingt ans plus tard, ils sont trois. Eric et Vincent, membres originels, ont entre-temps rencontré Bruno, alias Captain Hokan et perdu deux bassistes, qui ont tracé leur route. Ils ont gardé leur style, les textes des poètes du XIXe et XXe siècles ont toujours une place de choix dans leurs compos, puisqu’ils intègrent du Baudelaire, et « peut-être bientôt Prévert ».

Maturité

Galvanisés par le premier album, « Ton système est mort », et après plusieurs dates dans des festivals comme La Nuit des sables blancs à Douarnenez, les membres en sont sûrs, l’aventure doit continuer. Ils viennent de sortir leur EP, « Le Mal », prélude à un second opus, en cours de préparation. Ces trois titres, déjà joués en live, ont été réarrangés. Le fruit d’un nouveau travail, « plus pro, en termes de son et d’énergie. C’est plus dense et plus finalisé », explique Eric.

Rencontres

Cet EP, c’est aussi et surtout une histoire de rencontres. C’était déjà le cas en 2014 lors de la renaissance du groupe et la collaboration avec Mathieu Conan pour le mixage de l’album. L’année dernière, ils ont fait la connaissance de Stéphane Kerihuel, guitariste du groupe Republik (ancien Marquis de Sade), collectionneur d’amplis, qui a su leur conseiller le bon matos. D’autres rencontres ont aussi compté comme celle de Damien Le Bras (Merzhin). Pendant deux jours, Eric, Vincent et Bruno ont même bossé à fond à la MJC de Morlaix pour préparer la date de la Nuit des Sables blancs. « On a travaillé le set et les enchaînements. » Une bonne carte de visite pour démarcher labels, radios et multiplier les dates en festival. « Pour que le groupe monte une marche. »

Libertaires, toujours

Leur univers ? Toujours aussi marqué. Les poèmes, bien sûr, quand ils évoquent la religion, les guerres, qui trouvent un écho dans l’actualité. Une réflexion sur la réincarnation, faite de clins d’oeil aux grands noms du rock, Jim Morrisson, Kurt Cobain sur le titre Medium Heritage. Enfin, L’Ours Polaire, réflexion sur les nouveaux départs, est une ode à la liberté. La traduction d’un « besoin d’ouvrir en grand les fenêtres, ouvrir grand la cage thoracique. »

> L’EP Le Mal est disponible en ligne sur le Bandcamp du groupe. Tarif : 2 €€. Le groupe présentera l’EP le 4 mars au Central à Landerneau, 21 h. EP gratos pour les spectateurs.