Be Appt. L’expérience sportive au service des autres

Be Appt. L'expérience sportive au service des autres

Armées d’un diplôme, une licence en sport adapté et monde du handicap, Camille Rassinoux et Élodie Manach-Le Calvé, toutes les deux joueuses au Brest Bretagne Handball, parcourent les IME, Ehpad et maisons de retraite avec l’enthousiasme rafraîchissant d’une génération porteuse de nouvelles idées et d’une motivation sans faille. Ensemble, dans le cadre de leur entreprise qu’elles viennent de créer, Be Appt, les deux joueuses proposent des cours de sport aux personnes en situation de handicap, moteur ou mental. « Le sport est important pour les personnes en situation de handicap. On pense que ça ne leur sert à rien, qu’il n’y a aucun intérêt. C’est faux ! », expliquent-elles.

 

Le sport vecteur d’expression

Le sport est aussi un formidable vecteur de sociabilisation, pour lutter contre tous les mécanismes d’exclusion. Camille exerce notamment auprès d’un petit garçon autiste. S’exprimer d’une autre manière. Le sport est une forme d’expression. « Ça apporte aux personnes une certaine estime d’elles-mêmes et de la confiance ».

 

Cette capacité dont chacun devrait pouvoir disposer pour partager, notamment au travers du sport, émotions, valeurs et responsabilités. « Le sport véhicule des valeurs fortes, comme le respect des autres, de ne pas se moquer, l’esprit d’équipe, que chacun puisse trouver sa place au sein d’un groupe et le dépassement de soi ».

 

Des séances individuelles et collectives

Les filles proposent des séances aussi bien individuelles que collectives. « Nous allons directement dans les structures ». Une séance d’une heure est chiffrée à 50 €, d’une heure et demie à 60 €. Quant à la séance individuelle, elle coûte 30 €. Un public varié qui empêche de tomber dans la routine. « On doit sans cesse s’adapter », précise Camille. Ce n’est jamais la même chose, les paramètres changent constamment et le duo s’adapte.

 

Faire avancer les moeurs

Les deux jeunes femmes n’avaient pas planifié cela. L’idée leur est venue tout naturellement la saison dernière, lors d’un déplacement. Un déclic s’est alors opéré. Elles faisaient les mêmes études. Pourquoi alors ne pas réunir leurs savoir-faire et monter un projet jusque-là peu développé dans la région ? « Les IME ont vu le jour dans les années 60-70, raconte Elodie. Mais la priorité n’a pas été donnée au sport. Ils ne pouvaient pas tout faire. Aujourd’hui, les moeurs changent, le regard porté sur le handicap aussi ».

 

Apporter un autre regard

Petit à petit, les a priori sur le handicap sont en train de se fissurer. « On ne peut pas parler de normalité. Qu’est ce qu’être normal ? Ce sont avant tout des personnes, des enfants, des adolescents, des seniors. Ils sont très touchants. Ils ont certainement plus d’humour qu’on ne le pense ». « Ils n’ont aucun tabou sur leur handicap. L’autre jour, je m’adressais à un jeune qui est aveugle, raconte Camille. Je lui ai dit sans faire exprès :  » Regarde « . Il s’est gentiment moqué de moi. Ils se chambrent entre eux avec respect ». Rire pour dédramatiser, se libérer.

 

> Be Appt, tél. 06 77 29 99 88. Mails : camille.rassinoux@orange.fr ou elodie.manach@yahoo.com